Service-conseil aux chercheur·se·s d’emploi

L’envers du décor : l’évaluation d’une candidature 

Que se passe-t-il lorsque vous faites parvenir votre dossier de candidature à une entreprise ou à un·e recruteur·se ? Combien de temps cela prend-il pour évaluer vos documents et quels éléments sont priorisés par le récipiendaire ? Pourquoi vous n’avez pas reçu de confirmation ou de réponse à votre demande ? Est-ce que votre candidature a bien été prise en considération ? Voici quelques pistes pour mieux comprendre comment s’effectue le tri des candidatures à l’interne. 

Un premier coup d’œil 

Lorsque vous transmettez votre dossier de candidature à un employeur potentiel, ce dernier doit d’abord prendre le temps d’évaluer tous vos documents. Nous pourrions penser que la lecture de ces éléments se fait de manière posée et réfléchie, mais la réalité est tout autre. En effet, un·e recruteur·se en entreprise ou en agence passera en moyenne 6,25 secondes à lire un CV, et rarement plus de 30 secondes (1).

Sachant cela, il est important de préparer votre dossier de candidature en conséquence et de garder votre CV sur deux pages. À la suite du premier (très rapide) coup d’oeil, les candidat·e·s qui correspondent le plus aux critères de sélection seront contacté·e·s pour prendre part à la suite du processus. 

Les nouvelles technologies 

Il arrive parfois que votre dossier de candidature ne soit pas traité par un humain. Les logiciels de tri de candidature, vous connaissez ? Certaines entreprises, principalement les organisations internationales de grande envergure, utilisent un logiciel pour trier les dossiers électroniques en cherchant la présence de certains mots clés dans le CV. Si ces derniers ne correspondent pas à ceux présents sur votre CV, votre dossier a de grandes chances d’être rejeté sans même avoir été ouvert.  

De plus, si votre CV est dans un format qui ne permet pas la détection de mots clés, il est possible qu’il ne soit tout simplement pas lu par le logiciel, et donc écarté automatiquement.  

Nos conseils pour éviter le piège du logiciel de tri : assurez-vous d’avoir un CV adapté à la description du poste convoité, ainsi qu’un format de CV adéquat. 

L’humain derrière 

D’autre part, si on écarte l’utilisation des technologies, il faut garder en tête que derrière ce processus, il y a un humain. Il est amplement possible que la personne responsable du processus de recrutement soit débordée, et qu’elle manque donc de temps pour évaluer chacune des candidatures diligemment. Il arrivera donc que vous soyez contacté et qu’après un bref appel, votre candidature soit rejetée (souvent sans même que vous le sachiez !). Cette situation est dommageable pour la marque employeur de l’entreprise et nous invitons tou·te·s les recruteur·se·s à contacter un·e candidat·e, qu’il·elle soit retenu·e ou non. 

D’autre part, particulièrement lorsqu’il y a urgence de combler un poste, le temps consacré au recrutement est souvent trop court et le·la responsable se retrouve dans l’obligation de couper les coins ronds. Dans ces cas-là, il se peut que vous receviez un retour d’appel plusieurs semaines après avoir soumis votre CV, ou même que vous ne receviez pas de réponse du tout. 

L’affichage de poste erroné 

Un autre secret sur les dessous du recrutement : il arrive fréquemment que l’affichage de poste qui a été publiée par l’employeur soit désuète et non à jour. Encore une fois, il s’agit-là d’un manque de temps ou de ressources à l’interne. Il se peut donc que votre CV corresponde sur papier à l’offre publiée, mais que dans les faits, il ne corresponde pas ou plus aux exigences des gestionnaires. Il arrive même dans certains cas que le poste ait été comblé à l’interne sans que le·la recruteur·se ait eu le temps d’enlever la description de poste des plateformes en ligne. Vous vous retrouvez donc à postuler pour un poste déjà comblé sans le savoir. 

Le mot de la fin  

Ce sont là plusieurs éléments à connaitre afin de mieux comprendre la complexité de cette première étape du processus de recrutement. Évaluer un dossier de candidature semble facile à première vue, mais le contexte interne, les ressources dédiées à la gestion du processus, le temps disponible pour s’y consacrer, ainsi que l’efficacité des outils de travail peuvent influer sur le résultat de l’analyse des candidatures reçues, et donc avoir un impact direct sur vous qui postulez, sans même que vous en soyez conscient·e. 

Pour obtenir de plus amples conseils ou renseignements de la part de notre équipe, contactez une de nos membres dès maintenant 

 

(1) Référence : « Does your CV pass the 30 second speed test? »

Service-conseil pour les employeurs

Les différents styles de management en entreprise

On vous a probablement déjà fait remarquer qu’il existait des nuances entre être un·e patron·ne et être un·e leader. On attribue une connotation directive à l’un, tandis que l’autre s’inscrit plutôt dans une démarche rassembleuse. Même si ces deux approches semblent à première vue opposées, comment savoir laquelle privilégier au sein de vos équipes de travail ? 

Patron·ne ou leader ?  

Bien qu’une forme hybride de patron·ne-leader existe, la plupart du temps une de ces deux approches est largement dominante au sein d’une entreprise. Au-delà d’une vision, le style de management que vous adoptez est un élément distinctif qui peut rassembler ou au contraire, pousser certain·e·s collaborateur·rice·s à changer de structure. La reconnaissance et la valorisation des salarié·e·s sont également des éléments de poids dans la rétention de vos employé·e·s.  

Certain·e·s gestionnaires décident d’adopter un style dit « patronal », qui est moins enclin à valoriser les accomplissements de leurs employé·e·s dans leurs tâches quotidiennes. Même si ce type de management peut convenir à certain·e·s, d’autres au contraire peuvent se sentir diminué·e·s ou non valorisé·e·s. Trouver une approche qui convient à tou·te·s les collaborateur·rice·s n’est pas chose aisée, car cela demande une adaptation ainsi qu’une communication constante 

Le leadership en entreprise 

Pourquoi ne pas envisager de faire évoluer votre mode de gestion vers un style où le leadership domine ? 

En effet, le leadership positif à plusieurs avantages. Tout d’abord, il est « rassembleur » et mise sur les affinités présentes entre les employé·e·s pour réaliser des projets communs. Il peut se caractériser par un style plus proche du « coaching », afin de favoriser le développement des compétences individuelles des employé·e·s. Ce type de leadership encourage la collaboration tout en maximisant l’implication de vos employé·e·s. Pour cela, il est important de bien connaître ses employé·e·s afin de valoriser les compétences de chacun·e. Outre de permettre un climat de travail plus harmonieux, cela aura inévitablement un impact positif sur la productivité de l’équipe et sur sa capacité à se dépasser. 

Vos qualités personnelles comme l’honnêteté, la transparence ou la communication peuvent également avoir un impact sur la productivité de vos collaborateur·rice·s. Il a en effet été prouvé que si vous avez des valeurs affirmées et que vous les insufflez à votre équipe, vous créez un sentiment de rassemblement au sein de votre structure.  

Les leaders doivent également rester à l’écoute du marché du travail et de ses évolutions, afin de pouvoir répondre aux attentes de son équipe. Il en est de même pour la flexibilité et l’adaptation face au changement. 

Ce qu’il faut éviter 

Bien évidemment, certains éléments sont à proscrire lorsque vient le temps de mettre en place son style de gestion. Tout d’abord, le fameux « micromanagement ». Cette attitude globale vise à contrôler les faits et gestes de ses employé·e·s, et créer un climat peu enclin à la bienveillance ou à l’épanouissement des collaborateur·rice·s. De plus, la personne qui pratique le micromanagement est souvent incapable de déléguer, ce qui souligne un manque de confiance globale envers les membres de son équipe. Dans cette situation conflictuelle et frustrante, ces derniers ont tendance à perdre leur motivation. Mais comment éviter de se retrouver dans ce contexte ? 

L’écoute et la communication 

Tout d’abord, une bonne communication ainsi qu’une écoute active permettent d’éviter que le micromanagement se mette en place de manière insidieuse. En échange, vous créez un environnement de confiance où vos employé·e·s se sentent respecté·e·s. De plus, la rétroaction et la proactivité aideront à mieux cerner les priorités des deux parties, tout en favorisant la collaboration au sein de l’équipe.  

Prendre le temps d’écouter activement les besoins de l’autre permet donc d’instaurer une véritable relation de confiance. On dit volontiers qu’un·e bon·ne leader est une personne assertive, qui n’établit pas de rapports de force dans sa façon de communiquer mais s’appuie sur son leadership pour échanger de façon respectueuse. 

En conclusion 

En tant que gestionnaire, la clé de la réussite est l’adaptation ! En effet, il faut s’adapter à la situation en cours afin de trouver le type de leadership qui convient le mieux à votre vision d’entreprise, mais aussi à vos employé·e·s.  

En connaissant vos forces et vos faiblesses, ainsi que celles de vos employé·e·s, vous pourrez vous adapter au mieux en trouvant la manière optimale de gérer son équipe.  

Vous devez aussi avoir des valeurs d’entreprise solides et une vision forte, qui rassemblera vos employé·e·s.  

Que vous soyez un·e bon·ne leader ou que vous cherchiez à le devenir, restez à l’écoute des besoins de vos collaborateur·rice·s, faites preuve d’ouverture d’esprit, sachez-vous entourer et mettez en avant les forces de chacun·e. Vous gagnerez ainsi le respect de vos employé·e·s et contribuerez à l’épanouissement général de votre entreprise.  

 

Articles de référence : 

Service-conseil aux chercheur·se·s d’emploi

Trucs et astuces pour un CV réussi

Votre curriculum vitae (« CV ») est votre carte de visite professionnelle destinée à vous représenter auprès des employeurs sur le marché de l’emploi. Il est donc important de prendre le temps de le formater adéquatement, de l’adapter en fonction du poste à pourvoir, et de vous assurer qu’il reflète véritablement votre parcours.  

Bref et concis 

Quelques secondes, c’est en moyenne le temps que passe un·e recruteur·se à parcourir des yeux un dossier de candidature. En un coup d’œil, il·elle analyse les informations essentielles afin de faire un premier tri des CV reçus et une première sélection. Veillez donc à garder votre CV bref et concis. En règle générale, votre CV ne devrait pas dépasser deux pages.  

Il est parfois difficile de sélectionner les informations les plus pertinentes à mettre sur son CV et de s’en tenir aux deux pages suggérées. Par contre, un CV trop long risque de faire perdre l’attention du·de la lecteur·rice et peut impacter votre dossier de candidature négativement. Il est donc recommandé de lister les tâches en lien avec le poste proposé et de vous servir d’une lettre de présentation pour expliquer vos motifs au lieu de les inscrire à même le CV. Une annexe au CV est également une option possible afin d’expliquer certains éléments plus en détail comme une liste de projets, de mandats ou de publications, par exemple.  

Formatage cohérent et lisible 

Afin de faciliter la lecture de votre CV, nous vous suggérons de choisir une police de caractère facile et agréable à lire, tout en restant cohérent dans le formatage de votre document. Portez donc une attention particulière à la ponctuation (par exemple, assurez-vous de mettre des points-virgules à la fin de chacune de vos énumérations, ou bien des points), et alignez votre texte de manière à ce qu’il y ait une cohérence tout au long de votre document. Assurez-vous également d’avoir la même taille et le même format de police partout.  

La question de l’originalité d’un CV se pose souvent à ceux qui apprécient de se démarquer. À noter cependant que les formats atypiques se prêtent plus volontiers aux métiers artistiques – graphiste par exemple – mais pourraient être moins bien acceptés dans un contexte plus traditionnel. 

Ordre chronologique 

Bien qu’il soit possible de lister vos expériences de travail en ordre antichronologique, nous sommes d’avis qu’il est préférable d’indiquer votre plus récente expérience de travail d’abord et ainsi remonter dans le temps.  

Ensuite, une brève description de vos tâches s’impose pour certains des rôles occupés (pas nécessairement pour tous les rôles si vous manquez de place). Sous forme de liste, mettez en avant les points clés de chacune de vos expériences professionnelles. Les tâches doivent par ailleurs être adaptées au rôle pour lequel vous postulez. N’hésitez pas à remanier votre CV régulièrement au besoin. 

Relecture et nomenclature 

Passage obligatoire après la rédaction de votre CV, la relecture vous permet de corriger les fautes d’orthographe et de grammaire qui pourraient s’être glissées lors de votre ébauche. Au besoin, faites-vous relire par un·e ami·e ou collègue. 

Veillez également à nommer votre document Word ou PDF d’une manière professionnelle et personnalisée. Par exemple, vous pourriez nommer votre CV : Nom, prénom – CV – mars 2022.  

Éléments importants et à proscrire 

Certaines informations doivent figurer sur votre CV telles que votre nom et prénom, votre adresse courriel ainsi que votre numéro de téléphone, pour permettre à la personne-contact de communiquer avec vous pour la suite du processus. D’autre part, votre CV doit lister votre parcours académique et vos expériences professionnelles. 

D’autres éléments peuvent souligner la qualité de votre candidature, par exemple, les langues que vous parlez et écrivez, les logiciels que vous maitrisez, ainsi que vos passe-temps.   

D’autre part, il y a des éléments qui sont totalement déconseillés et qui ne doivent pas se retrouver sur votre CV : votre état civil, votre date de naissance, votre sexe, le nombre d’enfants que vous avez, vos convictions politiques ou religieuses. Nous décourageons également l’utilisation d’une photo sur votre CV puisqu’il s’agit d’un facteur de discrimination important.  

Dans l’éventualité où vous auriez besoin de conseils supplémentaires, ou de modèles afin de créer votre CV, n’hésitez pas à contacter une des membres de notre équipe. 

Service-conseil pour les employeurs

Comment attirer et retenir les meilleur·e·s candidat·e·s ?

Au Québec en 2022, le marché du travail est en ébullition, et ce, dans toutes les industries. Les besoins sont pressants, les ressources se font de plus en plus rares et les batailles entre employeurs pour attirer et retenir les candidat·e·s sont plus féroces que jamais. Cette situation hors du commun force les employeurs à revoir leurs méthodes de recrutement, mais aussi à faire preuve de créativité et d’ingéniosité afin de retenir les meilleurs talents. 

Forte de son expertise, Novea vous donne quelques conseils afin que vous puissiez vous démarquer des autres employeurs sur le marché. 

Prévoir 

Se retrouver constamment dans l’urgence à chercher des ressources « pour hier » est très stressant pour les spécialistes en acquisition de talents. Lorsqu’un processus « urgent » est en branle, les risques sont tels qu’il est probable que vous finissiez par embaucher une personne qui est disponible rapidement, mais qui ne possède pas les compétences pour le rôle.  

Trouver le·la collaborateur·rice parfait·e est une mission qui demande du temps et beaucoup d’énergie. Afin d’éviter d’avoir à précipiter vos recherches et votre prise de décision, il est préférable d’évaluer en amont vos besoins, notamment en complétant un plan de gestion prévisionnelle des ressources humaines. En effectuant une réflexion stratégique, un inventaire de vos ressources, en calculant les départs à la retraite et les écarts, en prévoyant les départs de congé de maternité ainsi que les départs spontanés, il est possible de mettre sur pied un plan d’action qui permettra d’anticiper, dans une certaine mesure, les besoins en recrutement sur les prochaines années.  

Savoir ce qui s’en vient vous permettra d’orienter vos actions et de recruter avec un esprit de qualité versus de quantité/rapidité. En comblant en amont vos besoins, vous éviterez également qu’une tâche trop importante de travail retombe sur les salariés toujours en poste, un mécanisme parfois responsable d’un départ plus massif au sein d’une même équipe. 

L’expérience candidat·e 

L’expérience candidat·e est un élément qui a souvent été ignoré par les entreprises. À une époque pas si lointaine, nous demandions aux candidat·e·s intéressé·e·s par un poste de soumettre leur candidature via un portail en ligne qui transmettait un courriel automatisé dans lequel il était écrit « nous avons bien reçu votre candidature, prenez note que seules les candidatures retenues seront contactées ». Il y a donc possiblement des dizaines de candidat·e·s intéressé·e·s à joindre les rangs de votre entreprise qui n’auront jamais eu de retour d’appel suite à l’envoi de leur CV chez vous. Trouver cette situation normale, c’est négliger l’importance d’un contact personnalisé avec les gens. En y pensant bien, le·la candidat·e prend de son temps pour préparer son CV, rédiger une lettre, effectuer ses recherches sur le poste et l’entreprise, tout cela pour envoyer son dossier de candidature, dossier pour lequel il·elle n’obtiendra peut-être  jamais de suivi en retour. On ne s’étonne pas qu’avec le contexte actuel et le déficit d’interaction avec les collègues ou la direction, les candidat·e·s ressentent de moins en moins de sentiment de loyauté ou d’appartenance envers leurs employeurs.  

Lors d’une interaction avec un·e candidat·e, que ce soit pour lui dire qu’il·elle n’est pas retenu·e pour la suite du processus, pour un entretien téléphonique initial ou pour une entrevue, rappelez-vous qu’il s’agit d’abord et avant tout d’un échange mutuel entre deux êtres humains.  

L’expérience et l’interaction que le·la candidat·e aura avec votre entreprise pourront se retrouver dans une conversation avec sa famille, ses amis, ses futurs collègues, sur internet, sur votre page d’entreprise, etc. La première impression qu’à un·e candidat·e de votre organisation est tout aussi importante que la première impression que vous aurez de lui·elle. 

Réviser vos critères, vos tâches et vos conditions 

Il est révolu, le temps où il était possible pour l’employeur d’exiger dix (10) années d’expérience ferme tout en offrant des conditions salariales minimales. De nos jours, trouver une personne expérimentée est un véritable défi. Il est cependant possible, à l’aide d’un programme de formation interne bien rodé, de considérer des candidatures que l’on qualifie d’atypiques pour pourvoir un rôle. Au lieu de se baser strictement sur l’expérience, nous invitons les organisations à concentrer leurs efforts d’évaluation des candidat·e·s sur les compétences transférables de ces dernier·ère·s.  

Vous demandez le bilinguisme parfait, mais seulement 30% des tâches sont en anglais ? Peut-être est-ce possible de remanier les tâches à l’interne afin de confier cette portion du travail à une personne anglophone ou bilingue ?  

Tout·e·s vos employé·e·s quittent un·e à un·e afin de joindre l’entreprise en face de la vôtre ? Faire une réflexion stratégique en profondeur afin de comprendre le problème et y trouver des solutions peut être gagnant. Augmentez la masse salariale, créez des évènements d’équipe, effectuez une enquête auprès de vos employé·e·s pour connaitre leurs insatisfactions, formez vos gestionnaires afin qu’ils soient mieux outillé·e·s pour faire face aux enjeux humains liés à la gestion d’équipe, etc. 

Agir rapidement 

Vous terminez une rencontre concluante avec un·e candidat·e intéressant·e et vous pensez qu’il·elle serait une belle addition à l’équipe ? Agissez rapidement et faites une offre ! Auparavant, il n’était pas rare de voir un processus d’entrevue s’échelonner sur plusieurs semaines, avec une période de réflexion de l’employeur qui pouvait également prendre quelques jours. De nos jours, un·e bon·ne candidat·e peut être sollicité·e plusieurs fois et avoir plusieurs entrevues par semaine. Si vous attendez trop longtemps avant de démontrer votre intérêt, vous risquez de perdre le·la candidat·e et de devoir recommencer votre processus de zéro. 

Flexibilité 

La flexibilité est le mot de l’heure, et ce depuis avant même la pandémie qui nous a frappés en mars 2020. Plusieurs candidat·e·s tentaient déjà d’obtenir quelques jours de télétravail par semaine auprès de leur employeur, en vain. Puis, avec le confinement et les restrictions, le télétravail est devenu la norme.  

Par contre, la flexibilité d’horaire et la possibilité de télétravail post-pandémie restent aujourd’hui des éléments très importants aux yeux des candidat·e·s. Au-delà d’avoir la possibilité d’éviter le transport et de sauver du temps tous les matins et soirs, un·e employé·e en télétravail sent que son employeur lui fait confiance et qu’il·elle travaille pour une organisation qui a véritablement à cœur sa conciliation travail-famille.  

Le mot de la fin 

Pour faire face à la pénurie d’employé·e·s qui fait des ravages dans tous les domaines, les employeurs doivent faire preuve de flexibilité, créativité et souplesse afin d’attirer et retenir les meilleurs talents. Les éléments financiers, tels que les augmentations salariales, la bonification annuelle, la participation à un régime de retraite, le nombre de semaines de vacances et les assurances collectives, se combinent aux éléments psychologiques tels que la flexibilité, le sentiment d’appartenance et les possibilités d’évolution, afin de créer un package global qui rendra votre entreprise attrayante aux yeux des chercheur·se·s d’emploi. 

Service-conseil aux chercheur·se·s d’emploi

L’entretien téléphonique

Pour une entreprise ou un·e recruteur·se, l’entretien téléphonique est une étape cruciale lors de l’évaluation d’un dossier de candidature. En effet, lors de cet appel de quinze à trente minutes, le·la candidat·e doit en profiter pour faire la meilleure impression possible, tout en répondant aux questions de son interlocuteur·rice. Puisqu’il s’agit-là du premier contact entre l’entreprise et le·la candidat·e, il est très important de bien s’y préparer.  

L’entretien téléphonique permet, entre autres, de valider les attentes salariales, les objectifs professionnels et l’intérêt du·de la candidat·e mais également d’avoir une idée de sa personnalité pour valider un certain « fit » avec l’équipe et les valeurs de l’entreprise. 

Nous vous donnons donc quelques trucs et astuces afin de réussir au mieux cette étape importante du processus de recrutement. 

L’organisation 

Avant toute chose, soyez organisé·e ! En tant que recruteuses, il nous arrive assez régulièrement de nous préparer pour l’entretien téléphonique (lecture du CV et de la lettre, préparation de nos questions d’entrevue, consultation de la documentation fournie à l’appui de la candidature) pour finalement appeler un·e candidat·e qui avait complètement oublié notre rendez-vous téléphonique planifié depuis plusieurs jours 

Ce genre de situation laisse malheureusement le désagréable sentiment que le·la candidat·e n’est pas en mesure de bien gérer son propre agenda, ce qui n’est pas la première impression que vous souhaitez donner à votre interlocuteur·rice. Par exemple, si vous êtes un·e professionnel·le de l’administration et que vous pourriez être appellé·e dans le futur à gérer l’agenda de votre patron, vos capacités organisationnelles peuvent être remises en doute. La ponctualité est par ailleurs une qualité recherchée par tous les employeurs sans exception, il est donc essentiel d’être à l’heure (et présent·e !) au rendez-vous téléphonique. 

Si le moment initialement choisi n’est finalement plus opportun, soyez transparent·e : contactez par courriel le·la recruteur·e, mentionnez l’impératif qui a surgi de votre côté et proposez un autre moment pour l’appel. Nul ne vous en voudra de devoir faire face à une urgence tant que vous restez proactif·ve et transparent·e. 

Un endroit propice

Nous vous invitons à vous installer dans un endroit calme, où vous pourrez parler librement et où il n’y aura pas trop de bruit. Si vous êtes à l’extérieur ou bien en mouvement, il est probable que votre interlocuteur·rice vous entendra mal. Un restaurant ou un grand magasin est définitivement à proscrire, le brouhaha rendant généralement intelligible vos propos. Si nécessaire, votre voiture (à l’arrêt) peut être une situation de repli. 

Il est également très difficile d’établir un réel dialogue si l’interlocuteur·rice ne répond que par monosyllabes ou par des courtes phrases. Cela se produit régulièrement lorsque le·la candidat·e prend un appel en public ou est encore au bureau. Rappelez-vous que cet appel est un moyen utilisé pour apprendre à vous connaître : n’hésitez donc pas à entretenir la conversation et n’oubliez pas de développer vos réponses. 

La préparation

Afin de démontrer votre intérêt pour le poste ainsi que votre niveau de professionnalisme, nous vous invitons à prendre connaissance du profil professionnel de votre interlocuteur·rice. Lorsque vous faites affaire avec nous, et que nous planifions un entretien téléphonique ou une rencontre en personne avec un·e candidat·e chez l’un de nos clients, nous indiquons toujours dans un courriel les liens pertinents à consulter avant la rencontre. Ces liens peuvent être : le profil LinkedIn ou la biographie en ligne de l’interlocuteur·rice, le site internet de l’entreprise, quelques articles d’actualités pertinents à lire, l’affichage ou la description du rôle à pourvoir, etc.  

Plus vous en connaissez sur le parcours professionnel de votre interlocuteur·rice, sur la mission de l’entreprise et les exigences du poste, plus vous vous démontrez le sérieux de votre démarche ainsi que votre réelle implication dans le processus. Évidemment, vous devez faire cette démarche de recherche et de préparation avant chacune de vos entrevues téléphoniques, et ce, pour chaque entreprise ciblée.  

 Un·e spécialiste en acquisition de talents, en agence ou en entreprise, prendra le temps, avant chaque entretien téléphonique, de préparer son appel en consultant le CV du·de la candidat·e, sa lettre de présentation, ainsi que son profil LinkedIn, en plus de préparer une liste de questions. Il est donc très apprécié lorsque l’effort de préparation est également fait du côté du·de la candidat·e. 

Faites une liste

Parfois, un·e candidat·e postule à tellement d’endroits en même temps qu’il·elle est incapable de se souvenir auprès de quelles entreprises son dossier de candidature a été acheminé. Cela est problématique, car si le candidat·e reçoit un appel de l’entreprise qui désire aller de l’avant avec sa candidature, il·elle doit se souvenir de quel poste ou rôle il est question, faute de quoi il·elle fera mauvaise impression. 

Afin d’éviter cette fâcheuse situation, nous vous invitons à dresser une liste détaillée des entreprises et des postes pour lesquels vous avez fait parvenir votre candidature. Si vous faites affaire avec une agence de recrutement, cela aidera également l’agence à mieux vous représenter, et augmentera votre crédibilité, puisque le·la recruteur·se s’assurera que vous ne postuliez pas plusieurs fois sur un même poste.  

À ce titre, il est impératif d’être transparent au sujet de vos démarches. Être impliqué·e dans plusieurs processus de recrutement en même temps n’est pas négatif, mais en faire mention au ou à la recruteur·e qui vous représente permettra de prendre en compte les décisions auxquelles vous êtes susceptible de devoir face, et ainsi vous accompagner du mieux possible. 

D’autre part, votre dossier de candidature est précieux. Si vous décidez de le partager avec plusieurs agences, et auprès de plusieurs entreprises, assurez-vous que ce soit auprès d’agences et entreprises que vous avez ciblées personnellement.  

Nous vous invitons également, afin d’éviter toute mauvaise surprise, à indiquer très clairement à tou·te·s les recruteur·euse·s en agence avec qui vous collaborez que vous ne désirez pas que votre CV circule sans votre consentement. Il est malheureusement une pratique connue et populaire chez certaines agences (mais pas chez nous !) de faire parvenir un dossier de candidature d’un·e candidat·e à un de leur client sans que le·la candidat·e ait donné son consentement. Votre CV peut donc se retrouver auprès de diverses entreprises sans même que vous le sachiez. Soyez vigilant·e, et ferme avec les agences qui vous épaulent dans vos démarches. 

L’écoute active

Afin de démontrer le plus possible votre intérêt pour le rôle lors de l’entretien téléphonique, nous vous invitons à faire preuve d’écoute active. Soyez attentif·ve à votre interlocuteur·rice et ne lui coupez pas la parole. Par la suite, n’hésitez pas à reprendre la question en la reformulant si vous désirez être certain·e de l’avoir bien comprise. Restez clair·e et concis·e dans votre réponse et vos explications tout en faisant preuve de transparence et d’honnêteté. Posez des questions sur le rôle et l’entreprise, ainsi que sur le profil recherché et n’hésitez pas à prendre un peu de recul si vous êtes de ceux·elles qui parlent trop. À noter que plus vous serez préparé·e pour l’appel, plus vous aurez de faciliter à répondre aux questions et entretenir la conversation. 

Les professionnel·le·s en acquisition de talents aiment ressentir l’authenticité d’une interaction. Il est facile de déceler un inconfort, un mensonge ou une incohérence dans les propos échangés. Rester soi-même est donc le meilleur conseil à suivre lors d’une entrevue téléphonique.  

Par ailleurs, n’oubliez pas d’accorder autant que possible votre entière attention à l’échange téléphonique. Les conversations interrompues par l’arrivée d’un message ne sont pas si rares et sentir que l’on perd régulièrement l’attention de son interlocuteur·trice peut laisser une impression mitigée. 

Pour la suite

En terminant, nous vous invitons à prendre en note les coordonnées (nom complet, titre, téléphone et courriel) de votre interlocuteur·rice afin de lui faire parvenir une brève note de remerciement par courriel à la suite de l’appel. 

S’il arrivait que vous ne décrochiez pas d’entrevue en personne à la suite de l’entretien téléphonique, ne vous découragez pas. Rappelez-vous que l’objectif d’un processus de recherche d’emploi n’est pas seulement de décrocher un poste, mais également d’en décrocher un qui concordera avec vos aspirations professionnelles à long terme. Ce n’est donc que partie remise.  

Pour obtenir de plus amples conseils ou renseignements de la part de notre équipe, contactez une de nos membres dès maintenant.  

Service-conseil pour les employeurs

Pourquoi travailler avec une agence de recrutement ?

Ce n’est pas une découverte, trouver le·la candidat·e parfait·e qui allie compétences et savoir-être n’est pas une tâche facile. Évaluation des besoins, approbation interne de l’ouverture de poste, détermination des critères de sélection, élaboration d’une description de poste pondérée, rédaction d’un affichage et promotion du poste sur les réseaux sociaux : les tâches sont nombreuses avant même de débuter le tri des candidatures. Vient ensuite la chasse de têtes, la réception et l’analyse des candidatures, la prise de contact avec les personnes sélectionnées, les tests d’aptitudes, l’organisation des entretiens et entrevues, la négociation de l’offre, l’accueil et l’intégration… Bref, beaucoup de travail pour pourvoir un seul poste.  

Que faire lorsque vous en avez trop sur les épaules ? Lorsque vous ne savez pas comment procéder pour recruter la meilleure personne pour le rôle ? Avez-vous déjà songé à vous faire accompagner pour mener à terme tous vos mandats de recrutement ? Novea vous donne quelques raisons de faire appel à ses services de recrutement personnalisés.  

Économie de temps 

Trouver le·la candidat·e qui performera le mieux possible dans le poste à pourvoir et qui deviendra un véritable atout pour votre organisation tout en partageant vos valeurs et en étant en adéquation avec votre mission d’entreprise n’est pas chose aisée, en particulier en ces temps de pénurie de main-d’œuvre. Faire un processus de recrutement complet et efficace est prenant, et vous forcera peut-être à négliger d’autres tâches et projets d’importance.  

En confiant vos mandats de recrutement à une agence comme la nôtre qui comprend votre réalité, vous sauvez du temps. Les outils et les processus sont adaptés afin de faciliter toutes les étapes du recrutement et vous permettre de trouver vos nouveaux·elles collaborateur·rice·s le plus rapidement possible. 

Processus allégé 

Lorsque vous faites appel à nous, vous êtes soutenu·e par une équipe de professionnelles qui prend sous sa responsabilité votre processus de recrutement dans son intégralité. Notre agence s’occupe d’identifier les profils pertinents pour le rôle, de faire les premières sollicitations et les premiers contacts, ainsi que de gérer et d’analyser les candidatures afin de vous proposer une sélection des meilleurs profils selon vos attentes. Il ne vous reste plus qu’à rencontrer les candidat·e·s et trouver le·la collaborateu·rice parfait·e. Vous bénéficiez également un suivi régulier de la part de nos équipes et pouvez ainsi vous consacrer à d’autres projets, l’esprit plus léger. 

Confidentialité 

Il est possible que vous désiriez entamer un processus de recrutement tout en conservant l’anonymat et sans jamais afficher le nom de votre entreprise. En travaillant avec nous, cela est possible. Nous serons alors responsables d’effectuer les sollicitations en votre nom, tout en préservant votre identité et en ne la divulguant qu’aux personnes considérées pour le poste.  

Personnalisation 

Au-delà de la recherche ciblée de profils potentiels, notre agence entretient un lien de confiance avec ses entreprises clientes, mais aussi avec un vaste réseau de candidat·e·s. La communication et la transparence sont des éléments clés de notre processus de recrutement. Notre service d’accompagnement sur mesure nous permet de connaître en profondeur nos partenaires, de cerner leurs attentes et leurs enjeux, et de trouver les meilleurs matchs pour nos clients. Nous prenons le temps de rencontrer nos clients pour définir avec eux le profil qu’ils recherchent, mais également en savoir davantage sur l’équipe, l’entreprise et la dynamique interne, afin d’être ensuite leurs meilleures ambassadrices auprès des candidats.  

Expertise 

Faire appel à une agence de recrutement, c’est travailler en collaboration étroite avec des expert·e·s en relations de travail et en ressources humaines. Ce faisant, nous sommes très au fait du marché de l’emploi et de ses spécificités. Nous sommes les mieux placées pour participer à la mise en place de vos plans d’action et identifier plus facilement les profils qui correspondent le mieux à vos projets. De plus, les conseils personnalisés que nous offrons vous permettent d’atteindre une plus grande efficacité dans vos processus de recrutement. Nous avons bâti, au fil des années, une expertise approfondie en recherche de talents que nous mettons au service de votre organisation.  

Pour obtenir de plus amples renseignements sur nos services, communiquez avec une membre de notre équipe dès maintenant ! 

Service-conseil aux chercheur·se·s d’emploi

Le processus de recrutement expliqué

Vous faites vos premiers pas sur le marché du travail et ne savez pas comment se déroule le processus de recrutement ? Vous aimeriez en savoir davantage sur les différentes étapes qui constituent un processus de recrutement ? Novea est là pour vous guider et vous donner tous les conseils dont vous avez besoin !  

Voici donc un petit aperçu du déroulement classique d’un processus de recrutement. 

Préparez votre dossier de candidature 

Puisque la première impression est toujours importante en affaires, présenter un dossier de candidature de qualité est primordial. D’abord, nous vous invitons à rédiger une lettre de présentation détaillée et personnalisée qui doit être adressée à l’entreprise ciblée.  

Par ailleurs, cette lettre de présentation vous permet d’expliquer brièvement les motifs de votre démarche en plus de mettre de l’avant les éléments qui font de vous le·a candidat·e idéal·e pour le poste. Ces éléments comprennent notamment une brève explication de votre parcours professionnel, votre motivation au changement, votre intérêt envers le poste et l’entreprise, etc. Une lettre de présentation est habituellement concise, d’une seule page, avec deux ou trois paragraphes maximum. Vérifiez les fautes d’orthographe et assurez-vous toujours de modifier votre lettre en fonction du poste et de l’entreprise. 

Il va sans dire que la lettre de présentation n’est pas obligatoire. Son utilité est également remise en question à une époque où les chercheur·se·s d’emploi ont le choix des opportunités et les employeurs de plusieurs industries font face à une pénurie de maind’œuvre. Cependant, nous sommes d’avis qu’une lettre de présentation permet à un·e candidat·e de se démarquer des autres en plus de démontrer un sérieux dans sa démarche et une plus grande implication. Si rien n’est spécifié dans l’affichage de poste concernant l’ajout d’une lettre de présentation, une alternative intéressante est d’utiliser le corps du courriel comme support pour votre lettre. Le format sera alors généralement plus court et exempt des formulations de politesse d’usage dans une lettre professionnelle.  

En plus de votre lettre de présentation, vous devez faire parvenir votre curriculum vitae (« CV »). Ce dernier devrait tenir sur deux pages maximum et faire la liste, en ordre antéchronologique, de vos expériences professionnelles. Votre parcours académique, vos implications bénévoles ainsi que vos centres d’intérêt et vos compétences techniques (langues, logiciels, habiletés) doivent également apparaître sur votre CV. Veillez à ce que votre CV soit épuré et lisible, exempt de fautes d’orthographe et avec une ponctuation consistante (surtout au niveau des listes qui se terminent en points et en pointsvirgules). À noter que les documents que vous joignez devraient toujours mentionner votre nom dans un format du type prénom_nom.doc ou similaire. 

Postulez ! 

Lorsque votre dossier est prêt, il ne vous reste plus qu’à postuler. Plusieurs méthodes s’offrent alors à vous. Vous pouvez faire parvenir votre dossier de candidature par l’entremise d’une plateforme en ligne, via un site d’affichage d’emplois ou sur le site web d’une entreprise directement. Vous pouvez également faire parvenir votre candidature directement à la personne-ressource par courriel, si vous avez ses coordonnées professionnelles. Autrement, vous pouvez également faire appel à une agence de recrutement telle que la nôtre qui fera parvenir votre dossier de candidature directement au client, avec votre accord, bien évidemment.  

Vous pouvez par ailleurs transmettre votre candidature directement en réponse à un affichage de poste, auquel cas il est judicieux de mentionner l’intitulé de celui-ci ou le numéro de l’annonce dans l’objet de votre courriel. Les candidatures spontanées sont aussi les bienvenues lorsque vous avez un intérêt pour une entreprise donnée mais qu’aucun rôle correspondant à votre expérience n’est ouvert au moment où vous postulez. Vous pourrez alors simplement préciser dans l’objet de votre courriel qu’il s’agit d’une candidature spontanée et mentionner le poste ou le département pour lequel vous avez un intérêt. 

L’entretien téléphonique 

Le processus de recrutement débute généralement avec un appel téléphonique avec la personne-ressource au sein de l’organisation ciblée. Les questions qu’elle vous posera seront alors d’ordre générique :  

  • Quelles sont vos attentes salariales ? 
  • Quel est votre niveau de bilinguisme ? 
  • Pourquoi avoir postulé sur le poste offert ?  
  • Pourquoi vouloir joindre notre organisation ? 
  • Validation de votre expérience professionnelle et vos raisons de départ d’emploi. 

Il est possible que la personneressource vous contacte directement après la réception de votre CV, sans prendre rendez-vous. S’il s’avère que vous recevez cet appel, mais que le moment n’est pas opportun pour vous, par exemple si vous êtes au travail ou à l’extérieur, n’hésitez pas à le mentionner et à proposer une plage horaire plus propice pour vous. De ce fait, vous pourrez vous préparer un peu à l’entretien téléphonique et vous assurer d’être dans la meilleure disposition possible pour échanger. 

L’entrevue  

Si l’appel téléphonique se déroule bien, il est fort probable que vous soyez convoqué·e en entrevue. En présentiel ou virtuelle, la préparation à une entrevue officielle est la même. Effectuez vos recherches sur l’entreprise et lisez bien l’affichage du poste. Prenez connaissance de la mission de l’entreprise et des valeurs qu’elle véhicule, et faites quelques recherches sur vos futurs interlocuteur·rice·s. Lisez leur biographie sur le site web, consultez leur profil LinkedIn, etc. 

D’autre part, préparez-vous à répondre à diverses questions sur votre parcours professionnel et académique, vos compétences techniques, vos habiletés sociales ainsi que vos champs d’intérêt. Avant une entrevue virtuelle, il est toujours recommandé de tester votre matériel en amont afin d’éviter tout problème technique le moment venu. 

Concernant le format de l’entrevue en tant que tel, il peut différer selon l’entreprise ou le secteur. Ainsi certaines organisations privilégieront une forme de discussion quand d’autres choisiront une entrevue plus formelle, sous forme de questions-réponses. Quel que soit le format choisi, une bonne préparation du·de la candidat·e passe avant tout par une relecture soigneuse de son CV. Pour chaque rôle occupé, études accomplies et même chaque loisir affiché, vous devrez vous interroger sur les questions qu’un·e intervieweur·euse serait susceptible de vous poser et réfléchir à la réponse que vous y apporteriez.  

Les tests techniques 

Pour certains types de postes, des tests techniques peuvent être requis. Il est donc possible qu’on vous demande d’effectuer des tests de langues pour évaluer votre niveau. Ce faisant, il peut s’agir de corriger un texte, en français ou en anglais, comportant des fautes d’orthographe ou de grammaire, de rédiger un texte ou de répondre à un test à choix multiples. De plus, si le poste requiert des compétences techniques particulières, telles que la maîtrise d’un logiciel spécifique, un test évaluant votre niveau d’expertise avec ce logiciel en particulier peut vous être demandé.  

À noter que si les tests sont à faire à la maison, il est préférable de les faire dans un endroit calme, où vous ne serez pas dérangé·e. 

Les tests psychométriques 

Les tests psychométriques servent à évaluer certains aspects de votre personnalité afin de valider un aspect un peu plus nébuleux d’un dossier de candidature, soit le fameux « fit » de personnalité.  En effet, ces tests évaluent également les grandes lignes de votre personnalité telle que votre stabilité émotionnelle, votre capacité à gérer la pression, vos réactions spontanées face à diverses situations et évaluent sur une échelle préétablie la concordance avec les besoins et exigences de l’entreprise en la matière.  

Néanmoins, il est important de mentionner que la fiabilité liée aux résultats de ces tests est relativement controversée. En effet, si vous ne « passez » pas un test psychométrique vous n’avez pour autant pas échoué à un examen quelconque. Cela donne simplement une information sur le potentiel « fit » avec un·e candidat·e. À noter qu’un certain nombre d’entreprises n’ont pas recours aux tests psychométriques dans leur processus d’embauche. 

Examen médical 

Certaines entreprises exigent des candidat·e·s qu’ils·elles se soumettent à un examen médical. Bien qu’il s’agisse d’un droit de l’employeur, ce dernier est très encadré par la loi et ne peut être exigé qu’au regard des exigences professionnelles justifiées. Pour en savoir plus sur ce sujet, n’hésitez pas à consulter cet article : https://www.avocat.qc.ca/affaires/iiexamen-med.htm 

La prise de références et la vérification d’antécédents 

L’employeur peut aussi vous demander de fournir une liste de personnes références avec lesquelles il sera possible de discuter, afin de vérifier certains aspects de votre dossier de candidature en obtenant des exemples concrets de situations professionnelles antérieures.  

Nous vous conseillons de fournir les noms de certains de vos ancien·ne·s superviseur·e·s plutôt que les noms d’ancien·ne·s de collègues de bureau. Ces derniers ne seront pas en mesure d’établir le même niveau de crédibilité que les premiers car ils n’ont aucun lien de subordination avec vous. Il est également préférable que vous informiez directement les personnes concernées que vous allez fournir leurs coordonnées dans le cadre d’un processus de prise de références.  

La vérification d’antécédents, quant à elle, permet à l’entreprise de recueillir des informations sur votre dossier criminel et de crédit, entre autres. Pour récolter ces données, l’employeur, ou un·e représentant·e externe telle qu’une firme de vérification d’antécédents, est dans l’obligation de vous faire préalablement parvenir un formulaire de consentement et ne peut procéder à cette enquête sans votre accord. 

L’offre d’embauche 

Si toutes les étapes précédentes se sont conclues avec succès, vous devriez recevoir une offre d’embauche détaillant les modalités de vos futures conditions de travail. Assurez-vous que toutes les informations pertinentes soient inscrites dans le document :  

  • Date d’embauche; 
  • Titre de l’emploi offert; 
  • Horaire de travail hebdomadaire; 
  • Flexibilité de l’horaire journalier; 
  • Politique de télétravail le cas échéant; 
  • Salaire annuel ou taux horaire; 
  • Journées de maladies/personnelles; 
  • Vacances et la période de référence pour les vacances; 
  • Échéancier des augmentations salariales; 
  • Structure et paiement des primes au rendement; 
  • Durée de la probation; 
  • Admission aux programmes d’avantages sociaux tels que les assurances, les régimes de retraite, etc.; 
  • Remboursement de certains frais comme par exemple les frais de cellulaire, les cotisations à un ordre professionnel, le transport ou le stationnement, etc.; 
  • Conditions de rupture du lien d’emploi incluant la période de préavis; 
  • Clauses particulières de non-sollicitation et de non-concurrence. 

L’accueil et l’intégration 

Félicitations ! Vous êtes sorti·e· victorieux·euse de ce processus. Maintenant, il ne vous reste qu’à vous présenter à l’heure prévue avec les ressources humaines pour votre première journée de travail et à faire vos preuves ! 

Pour tout autre conseil, n’hésitez pas à communiquer avec une membre de notre équipe !